En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies qui permet le bon fonctionnement du site, de faciliter et d’améliorer votre navigation, de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, de partager du contenu sur les réseaux sociaux et de mesurer l’audience. En savoir plus .
J’ai compris
Musique & Divertissement  À la découverte de la musique pop de Hong Kong
03/08/201600:00 Roch Archambault
Cantopop_musique_hongkong_TV5MONDE_FR.jpg

Si vous avez un jour la chance d’aller à Hong Kong, vous ne tarderez pas à constater que cette région se situe au carrefour de toutes les musiques du monde. Or, malgré ces sonorités chantées dans plusieurs langues, la musique qui règne en maître incontesté depuis les années 70 est la chanson populaire en cantonais, la cantopop.  
 
À la première écoute, la chanson populaire cantonaise rappelle celle produite aux États-Unis. On peut entendre des chansons qui font danser ou des balades, des chansons d'amour où l'image de l'artiste est parfois plus importante que son talent. La seule différence réside dans la langue, et c'est cette particularité qui la rend unique. On peut certes entendre des gens parler en cantonais partout dans le monde, mais il reste que le centre de création de produits musicaux en cantonais demeure Hong Kong. 

 
Hongkong_TV5MONDE_3.jpg
Histoire de la cantopop, vue de la baie de Hong Kong

Hongkong_TV5MONDE_1.jpg

Histoire de la cantopop, temple à Hong Kong

 
Les années 70 : le début de la cantopop

Il faut remonter aux années 50 pour voir s'étendre les premières racines d’une industrie musicale à Hong Kong. À l'époque, la production était orientée vers la création de chansons en mandarin inspirées par le style de Shanghaï. Après le passage des Beatles à Hong Kong en 1964, la musique a commencé à être interprétée en anglais.

Dans les années 70, la scène culturelle a changé considérablement. Peu à peu se sont ajoutées des chansons en cantonais dans des séries télévisées qui ont ensuite envahi le marché musical. C'était le véritable début de la cantopop. Les artistes ont voulu exprimer l'identité de la région dans la musique, mais aussi les films et les séries dramatiques à la télévision. On pouvait entendre des artistes comme Sam Hui, Sandra Lang, George Lam, Paula Tsui, et le « parrain » de la cantopop, Roman Tam.


Les années 80 : une véritable industrie
 
Dans les années 80, la musique est devenue lucrative avec la création de multiples maisons de disques formant une véritable industrie. Plusieurs artistes ont percé à cette époque, dont Priscilla Chan, Leslie Cheung, Sandy Lam, Alan Tam et Sally Yeh. Anita Mui a révolutionné à sa façon l’image visuelle de la cantopop avec de la danse et des vêtements sexy. C’est à la même époque que le cinéma de Hong Kong a changé de direction pour se tourner vers les films de gangsters et d’action. On pouvait maintenant voir les vedettes de la chanson au cinéma et vice-versa. Jackie Chan en est probablement le meilleur exemple. Outre sa carrière fulgurante au cinéma, l'acteur s'est tourné vers la chanson.

 
Cantopop_musique_hongkong_TV5MONDE_3.jpg
Histoire de la cantopop, Jackie Chan

Cantopop_musique_hongkong_TV5MONDE_4.jpg
Histoire de la cantopop, Andy Lau

Cantopop_musique_hongkong_TV5MONDE_6.jpg
Histoire de la cantopop, les "Quatre rois du ciel" : Jacky Cheung, Leon Lai, Andy Lau et Aaron Kwok
 
C'est pendant cette période que la chanson cantonaise a réellement gravi des sommets dans sa diffusion à la grandeur de l'Asie. Si, aujourd'hui, la K-pop est à la mode partout dans ce coin du monde, c'était plutôt la cantopop et la pop japonaise qui, à l'époque, étaient en vogue.
 
Les années 90 ont vu naître plusieurs nouveaux artistes. Ceux qu’on appelle les « Quatre rois du ciel », Jacky Cheung, Leon Lai, Andy Lau et Aaron Kwok, ont alors pris d'assaut la scène musicale. Plus que jamais, les artistes allaient du cinéma à la chanson, et des artistes comme Andy Lau ont réussi avec brio dans les deux domaines. De nouvelles artistes féminines ont fait leurs débuts, comme Kelly Chen, Sammi Cheng et la diva Faye Wong. Ces dernières ont inspiré les futures artistes féminines de la pop cantonaise jusqu’à aujourd’hui. Après la rétrocession de Hong Kong à la Chine, plusieurs artistes ont commencé à chanter aussi en mandarin.

 
Cantopop_musique_hongkong_TV5MONDE_7.jpg
Histoire de la cantopop, Sammi Cheng

Cantopop_musique_hongkong_TV5MONDE_9.jpg
Histoire de la cantopop, Kelly Chen

Cantopop_musique_hongkong_TV5MONDE_5.jpg
Histoire de la cantopop, Faye Wong


Les années 2000 : le vedettariat 

Les années 2000 marquent un autre jalon de l'évolution de l’industrie, qui compte toujours plus de maisons de disques et d'artistes et dont les efforts de marketing se multiplient. En marchant dans les rues de Hong Kong, on peut voir le visage de vedettes partout dans les vitrines; celui de Joey Yung sur des produits cosmétiques, celui de Gigi Leung sur des publicités de caméras numériques, ceux du duo Twins sur les couvertures de magazines et bien d'autres encore.

 
Cantopop_musique_hongkong_TV5MONDE_2.jpg
Histoire de la cantopop, Gigi Leung

Cantopop_musique_hongkong_TV5MONDE_1.jpg
Histoire de la cantopop, Joey Yung

Cantopop_musique_hongkong_TV5MONDE_8-(1).jpg
Histoire de la cantopop, Twins

 
La musique cantonaise ne disparaîtra jamais complètement
 
Aujourd'hui, on peut encore entendre de la musique cantonaise sur les ondes radiophoniques de Hong Kong, mais la musique taïwanaise et les vedettes K-pop occupent le haut du pavé. Les chanteurs et chanteuses de Hong Kong chantent maintenant de plus en plus en mandarin.

Robin Ch’i, manager d'A&R à Warner Music Hong Kong nous dit : « Je crois que Hong Kong est une ville avec une culture mixte, et les gens depuis longtemps ont été exposés à toutes sortes de musique dans plusieurs langues. Nos stations de radio jouent de la cantopop, de la mandopop et des chansons anglophones toute la journée. Dans les années 90, la J-pop exerçait une influence énorme et maintenant, c'est au tour de la K-pop. Mais si l'on regarde les statistiques des services en streaming, le cantonais a encore le taux le plus élevé de la consommation, en dehors de Spotify qui est plus en anglais. Durant les trois dernières années, les 10 vidéoclips de Hong Kong qui ont été vus le plus souvent étaient principalement en cantonais. Il est donc juste de dire que le cantonais est toujours la musique que les gens écoutent le plus à Hong Kong. »
 
Avec Internet et les médias sociaux, la musique est maintenant plus que jamais en compétition avec le reste de la planète. Robin Ch’i ajoute : «  … nous devons garder de la haute qualité, des artistes à la production de musique jusqu’aux vidéoclips. Je sais que beaucoup font de leur mieux pour faire de la bonne musique de haute qualité, mais certains jouent encore le jeu monétaire en utilisant un budget le plus bas possible avec du temps et des ressources limités, créant un standard de musique cantonaise de moindre qualité. Nous devons supposer que nous sommes en concurrence avec le monde, et non pas seulement avec Hong Kong, pour continuer à nous pousser à faire mieux. »
 
Quoique l'avenir de la cantopop soit incertain, celle-ci ne disparaîtra jamais complètement. À ceci, Robin Ch’i termine en disant : « Je crois que l'avenir appartient à la C-pop, la musique pop chinoise (mandarin, cantonais ou tout dialecte chinois), où le mandarin sera la langue prédominante pénétrant plus de pays et ayant plus de gens qui le parlent. Mais encore une fois, la musique cantonaise sera toujours ici, car elle est la racine de Hong Kong. »

 
°
 
Quelques artistes à découvrir : 
 
Eason Chan a débuté sa carrière dans les années 90. Toujours audacieux mais respectueux, il a réussi à se transformer au fil des ans, tout en continuant de connaître un très grand succès.
 



 
Shiga Lin fait partie de la relève montante à Hong Kong. 

 

D'autres groupes réussissent aussi très bien. Le quatuor Dear Jane en est un très bon exemple.
 


G.E.M. fait aussi partie de la relève musicale. La majorité de ses chansons sont en mandarin.

 
Roch Archambault est un canadien français qui s'intéresse à l'Asie depuis 30 ans. Durant les vingt dernières années, il a développé une passion particulière pour la musique populaire chinoise, ainsi que pour des courants musicaux comme la K-pop et la J-pop.

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être