En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies qui permet le bon fonctionnement du site, de faciliter et d’améliorer votre navigation, de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, de partager du contenu sur les réseaux sociaux et de mesurer l’audience. En savoir plus .
J’ai compris
Culture  Entretien avec Carole Gaessler, présentatrice de l’émission "Des racines & des ailes"
05/03/202000:00 TV5MONDE


 

Des Racines et des Ailes a été l’une des premières émissions consacrées au patrimoine...
Il y a 15 ans, l’émission Ushuaïa parlait déjà de protéger la nature ; aujourd’hui tout le monde est sensible à ce sujet. Nous avons créé la même prise de conscience à propos du patrimoine : au lancement de l’émission, on s’est rendu compte qu’il y avait un besoin impérieux de sauvegarder un héritage qu’on avait parfois pas assez protégé. De nos jours, de nombreux magazines ont le même message. Tant mieux si on a lancé un mouvement !


Qu’est-ce que vous entendez par « patrimoine » ?
Il ne s’agit pas que du château de Versailles ! La pizza est classée à l’Unesco et il y a tout un patrimoine immatériel, composé des savoirs-faires, de la gastronomie, de l’agriculture... Parmi les choses qui construisent un pays, je compte la pierre, la nature, les savoirs-faires, la gastronomie et la langue.

Le patrimoine est aussi ce qui nous unit en tant que nation, nos « racines ». Nous diffusons beaucoup de reportages sur des personnes qui se mobilisent pour sauver et restaurer notre héritage, au moment-même où la mondialisation, le virtuel et l’économie effacent nos frontières.

 


 

Faites-vous encore des découvertes inattendues ?
Il n’y a pas de patrimoine auquel on ne s’attend pas, mais il y a des émotions particulières. Entrer dans Notre-Dame ravagée par l’incendie, avoir le privilège d’être au sommet d’un grand monument... J’ai fait une interview seule avec le directeur du Louvre, dans une pièce où il n’y avait que la Joconde. Des milliers de personnes viennent la voir, mais à cet instant, il n’y avait que nous deux avec le tableau. Ce sont des moments uniques.

Nous cherchons à transmettre ce sentiment du privilège et de l’exclusivité qu’on ressent lorsqu’on emmène quelqu’un en haut de la flèche de la cathédrale d’Amiens, ou qu’on ouvre une porte secrète du château de Chantilly.



Vous présentez chaque soir le journal télévisé de France 3. Y a-t-il malgré tout un challenge à faire cette émission ?
Aujourd’hui, il y a une concurrence énorme, des sollicitations de partout. Le challenge consiste à intéresser des spectateurs hyper sollicités, à une époque où tout le monde peut produire du contenu et le diffuser sur internet.
 


 

Un des épisodes porte sur Notre-Dame. Or, vous aviez commencé à le filmer bien avant l’incendie...
Nous enquêtions sur l’amour que portent les Américains à Notre-Dame, et nous avons découvert que des bénévoles se rendaient à New York pour lever des fonds. Car, si on ne le voyait pas de loin, la cathédrale était déjà en mauvaise santé ! Cet amour des Américains pour ce monument est lié à la Seconde Guerre mondiale, mais aussi à l’imaginaire, aux films et à la religion. J’ai été frappée de voir à quel point c’était, pour eux, la France.

Nous étions en tournage le jour même de l’incendie. L’avant-veille, j’y étais en repérage, au milieu de cette charpente qu’on appelle la forêt. On nous a montré les sculptures qui s’effritaient, la trace des siècles et de la pollution sur les arcs-boutants. Quand les images de la catastrophe ont été diffusées, j’étais encore à l’antenne pour le JT. C’était impensable.


Vous avez eu l’occasion de filmer des images exceptionnelles après le drame...
Nous avions déjà créé des liens de confiance avec le conservateur et nous avons pu voir l’intérieur et le début des travaux de restauration. Nous étions déjà dans une démarche de montrer qu’il y avait besoin d’argent et d’un traitement de choc.
 


 


Comment Des Racines et des Ailes peut-elle continuer à se renouveler, après plus de vingt ans ?
On se modernise tout en gardant notre ADN : les belles images, le temps de la contemplation, et l’exigence des informations qu’on donne. Nous visitons des lieux qu’on n’avait pas encore explorés, ou nous cherchons des portes d’entrées différentes : la candidature de la Promenade des Anglais au patrimoine mondial de l’Unesco, le projet Mose pour protéger Venise de la montée des eaux... On peut aussi prendre un même monument sous l’angle du conservateur, de l’artisan d’art ou de l’historien qui raconte ses anecdotes. Il y a 1 000 manières de raconter les histoires !

 
Article rédigé par Juliette Démas

 

TV5MONDE est le réseau mondial de chaînes culturelles en français, offrant une grande variété de films sous-titrés, de séries, de journaux d'information, d'événements sportifs en direct, de documentaires de qualité, de magazines de voyages, de programmes jeunesse ainsi qu'une programmation art de vivre passionnante. Avec 10 chaînes atteignant plus de 265 millions de foyers dans le monde et une programmation localisée sous-titrée en 12 langues, TV5MONDE s'adresse aussi bien aux élites culturelles et d'affaires qu'à la vaste communauté francophone mondiale.

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être