En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies qui permet le bon fonctionnement du site, de faciliter et d’améliorer votre navigation, de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, de partager du contenu sur les réseaux sociaux et de mesurer l’audience. En savoir plus .
J’ai compris
Culture  Lecture à emporter en vacances : Le Destin d'Ichiro de Tanuki san
13/07/201600:00 Éditions A&H
Le_Destin_d_Ichiro_FR.png

Première maison d’édition française à s’être implantée en Asie (Indonésie) afin de créer une passerelle entre la France et l’Asie, A&H nous propose de lire un extrait du Destin d’Ichiro, le premier ouvrage de Tanuki san qui nous fait partager l'histoire d'un garçon vivant dans le Japon de l'époque Edo.

L'auteur japonais nous délivre un merveilleux conte pour les petits et les grands dans lequel, entre épreuves et parcours initiatique le lecteur se laisse emporter vers un voyage surprenant et haletant. Ce livre sera disponible en anglais, en indonésien, en coréen, en chinois, en malaisien et en japonais l'année prochaine (2017).

Japon, durant la période Edo (17ème siècle), une grande stabilité politique et sociale s’est installée dans le pays. Un petit garçon prénommé Ichiro apprend soudainement la disparition de son père en mer. Au cours d’une mystérieuse rencontre, son destin lui est révélé. Commence alors un merveilleux voyage autour duquel nous partagerons ses rencontres aux multiples facettes. Arrivera-t-il à retrouver son père pour le ramener au village ? Tanuki san nous livre au travers de son premier roman une histoire sur un fond d’authenticité qui nous permet de nous immerger totalement dans une culture envoutante. Le dépaysement est total !

 
Le-le_destin_d_ichiro_tanuka_san_TV5MONDE_asie_pacifique_1.jpg     le_destin_d_ichiro_tanuka_san_TV5MONDE_asie_pacifique_2-(1).jpg
 
Voici un extrait :
Il faisait encore nuit lorsque qu’Ichiro se réveilla. Il se hissa sur la pointe des pieds et s’approcha de la table avec cette préoccupation de ne rien déranger. Il s’empara des provisions qu’il pouvait emporter, du riz, du poisson séché et des fruits. Il pensa qu’il tiendrait au moins une journée, après qu’il faudrait aviser.
 
Il ne réalisa réellement son départ qu’au moment de déposer le mot. Il regarda la pièce et ferma les yeux pour l’imprimer une dernière fois dans son esprit. Sa mère dormait profondément, il fit glisser le panneau derrière lui. Dehors, les rues étaient sombres et silencieuses. Il trouva que son village n’avait jamais été aussi paisible, il le quittait difficilement. Il serait seul dans cette forêt, entouré d’êtres angoissants et ne sachant où aller.

Une larme gonfla dans son œil puis coula le long de sa joue. Mais il s’était fait une raison, on l’attendait et il fallait avancer. Il espérait que les moutons partageraient ce même souci de se glisser dans la nuit. La poignée grinça et ces derniers l’entendirent. Ils se redressèrent avec peine car l’heure n’était pas habituelle. Leur maître les guida dans le calme. La maison de son grand-père se dévoila, il ne faudrait pas non plus le réveiller. Il fit signe aux moutons de continuer en leur indiquant le chemin, puis il s’approcha et ouvrit délicatement la porte.

Au même moment s’échappèrent les deux geais. Ichiro déposa le message sur une pile en pensant que les oiseaux rentreraient plus tard et ferma derrière lui. Il se dit alors qu’il ne verrait ni sa mère ni son grand-père pleurer son départ et que c’était mieux ainsi. Il rejoignit ses bêtes et les conduisit sur le sentier herbeux.

Les arbustes qui le longeaient se tordaient sous la brise et chaque branche s’étendait ensuite. Soudain le garçon sentit un léger poids sur son épaule, puis la même sensation sur l’autre. Il tourna la tête et fut surpris d’y trouver les deux volatiles.

Tsuki et Nichi l’avaient suivi et le jour serait bientôt là. Il était trop tard, son grand-père était peut-être debout et aurait trouvé le mot. Il tenta de les déloger, secoua ses mains, mais rien n’y faisait. Les oiseaux ne voulaient pas le quitter.

– Oust, fichez le camp !

Ils n’avaient jamais fait cela et il fallait qu’ils le fassent aujourd’hui. Tsuki se mit alors à siffler et Ichiro consentit leur présence.

Le cortège se pressa en atteignant la voûte d’arbres et à mesure d’avancer, il entendit chuchoter dans son dos. Il se retourna et comprit que de jeunes pousses commentaient leur passage. Cela le rassurait, la forêt le protègerait.

Si vous souhaitez lire la suite,
rendez-vous sur le site des éditions A&H : cliquez
ici
Depuis sa création en 2014, A&H International occupe une place à part dans le paysage éditorial francophone. Ils éditent et partagent avec leurs lecteurs des ouvrages de différentes cultures. Leur équipe éditoriale travaille dans le respect de la traduction et propose chaque année un catalogue très varié d’ouvrages étrangers.

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être