En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies pour vous permettre de partager du contenu via les boutons de partage de réseaux sociaux, pour vous proposer des publicités ciblées à vos centres d’intérêts et pour nous permettre de mesurer l’audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies. X
Film  Critique cinéma : Ciné-réalité avec J’ai tué ma Mère de Xavier Dolan
17/05/201600:00 Souraya

J’ai tué ma mère (2009) est le premier long-métrage du jeune réalisateur québécois Xavier Dolan. Il a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs au 41ème festival de Cannes et y remporte le Prix Art et Essai, remis par la Confédération Internationale des Cinémas d'Art et d'Essai (CICAE), le prix du scénario remis par la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD) et le prix Regards Jeunes pour les longs métrages. En 2010, le film est sélectionné pour représenter le Canada aux Oscars dans la catégorie “Meilleur film en langue étrangère”. 

Il sera diffusé à partir du Jeudi 26 mai 2016 sur TV5MONDE Asie dans le cadre de la programmation spéciale pour le Festival de Cannes. La grille des programmes se trouve i
ci. 

 
pic6.jpg

L'histoire.
Hubert Minel, québécois de 16 ans, ne peut plus voir sa mère en peinture. Il la méprise tant qu’il ne peut supporter sa seule présence. Ses ensembles bigarrés, ses figurines de papillons au mur, ses séances d’ultraviolets, les miettes de pain restées agglutinées à la commissure de ses lèvres… le tout lui donne la nausée. Et le fait chavirer.

 

Il ne sait comment expliquer tant de haine, pour la personne qu’il a un jour adorée et avec qui il a un jour tout partagé. Lorsque sa professeure de français à l’école lui demande de présenter le métier de sa mère et la vie qu’elle mène, il préfère la dire morte.
 

pic1.png

pic4.png


Toute l’histoire. 
Avec “J’ai tué ma mère”, Xavier Dolan, du haut de ses 17 ans, s’essaie à l’écriture biographique 2.0. En guise d’ouverture, un petit mot d’esprit, puis un plan serré en noir et blanc, sur les yeux puis sur le visage du personnage principal. “Je ne sais pas ce qui c’est passé”, commence - t - il. 
Ciné-réalité ? 
 
Le réalisateur se pose d’emblée lui-même comme objet d’étude et comme modèle. Il se caractérise par son regard baissé, sa paire de mains rongées, son désarroi désinvolte. Le second personnage se profile devant la caméra : sa mère. Antinomique, elle est couleurs, textures, regard vif, lèvres grasses, mains menues.
 
Leur première rencontre devant la caméra se fait à huis-clos. Attablés dans la cuisine du logis familial, aucun de leurs regards ne se croise, aucun jugement n’est épargné. Hubert connaît par coeur les manières de tables de sa mère, elle, ne s’embarrasse plus de ses remarques interminables. Premier clash d’une longue série.
 
Dans son film, Dolan cumule épisodes de tourments et de réflexion, pour donner à voir au monde la cruauté et la force qui caractérise sa relation avec sa mère, anti-héros de sa propre vie. 
 
pic5.png

pic3.png

 


Le film sera diffusé à partir du Jeudi 26 mai 2016 sur TV5MONDE Asie dans le cadre de la programmation spéciale pour le Festival de Cannes. La grille des programmes se trouve ici. 
Éprise d'histoires pleines de combats et de sourires, Souraya vous invite à découvrir, interroger et raconter le cinéma d'aujourd'hui et d'hier.

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être