En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies pour vous permettre de partager du contenu via les boutons de partage de réseaux sociaux, pour vous proposer des publicités ciblées à vos centres d’intérêts et pour nous permettre de mesurer l’audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies. X
Film  Critique cinéma : Espérer l’Europe avec Hope de Boris Lojkine
27/04/201600:00 Souraya
Hope (2014) a été présenté à la semaine de la critique Cannes 2014 et y a remporté le prix SCAD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques). Il est le premier long-métrage du réalisateur Boris Lojkine. Le film est sorti en salles en France le 20 mai 2014.

Il sera diffusé à partir du 28 avril 2016 sur TV5MONDE Asie dans le cadre de la programmation cinéma liée au Festival de Cannes : 
ici.
 
En 2013, 1,7 million de citoyens de pays tiers ont immigré vers l’Union Européenne des 28 états membres (eurostat). La barrière de Melilla reste le point d’accès le plus prisé des immigrants clandestins.

 
Hope_1.JPG

L'histoire.
Hope s’échappe du Nigeria, Léonard du Cameroun. Ils ont tous deux pour rêve commun celui d’atteindre la terre promise de l’Europe, ce vénérable lieu où “même le moustique boit du coca cola”, où “même le cafard mange les spaghettis”. Pour faire le chemin et devenir aventurier, il faut oublier sa propre humanité et marcher “comme un cadavre”.  

Le désert du Sahara, aride et stérile, les recueille tous deux et les conduit à faire ce chemin ensemble. Sans le savoir, le couple défie la règle du voyage. À deux, ils défieront aussi le régime sans foi ni loi des ghettos maghrébins clandestins camerounais ou nigérians et se feront invisibles face aux raids des militaires.

Ensemble, les deux aventuriers se battront jusqu’au bout du chemin pour garder espoir. 

 
,pic2.png

pic4.png

pic5.png

Toute l’histoire.
Avec Hope, Boris Lojkine prend le défi inédit de filmer de l'intérieur le réseau des migrants en partance pour Melilla, l’enclave espagnole en territoire marocain, porte d’entrée vers l’Europe. Le film transmet une envie de réel, une envie d’aller loin, une envie de l’ailleurs, une envie de comprendre : Lojkine fabrique une histoire à partir de ce qui ne se raconte pas et montre ce qui ne se voit pas. Pour ce faire, il compte sur l’appui de talentueux acteurs non professionnels, Justin Wang et Endurance Newton, candidats à l’exil jouant leur propre rôle.

La relation de Léonard et Hope suit un schéma non classique : il s’agit de  l’histoire entre un homme et une femme qui se trouvent, dans un monde où il n’y a de place pour les sentiments. Les sentiments, s’ils doivent exister, sont exclusivement réservés à la survie.

Le film le rappelle incessamment : “sur la route, pense que tu es déjà mort et que c’est ton cadavre qui marche”. C’est pourtant grâce à un simple geste d’humanité, une main tendue dans le désert, que Léonard se trouve une compagnonne de route et de vie. Hope, comme toute femme, “comme un escargot porte sa maison sur son dos”. En prenant soin d’elle, il augmente ses chances d’arriver à destination, en gardant un soupçon d’humanité.

Hope est cet espoir caché : cette possibilité de ne pas avoir à devenir “cadavre” et à s’abandonner complètement sur la “route”. Cet espoir de pouvoir rester en vie, sur la “route”. 

 
pic3-(1).png

pic6-(2).png

Le film sera diffusé à partir du 28 avril 2016 sur TV5MONDE Asie dans le cadre de la programmation cinéma liée au Festival de Cannes : ici.
Éprise d'histoires pleines de combats et de sourires, Souraya vous invite à découvrir, interroger et raconter le cinéma d'aujourd'hui et d'hier.

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être