En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies qui permet le bon fonctionnement du site, de faciliter et d’améliorer votre navigation, de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, de partager du contenu sur les réseaux sociaux et de mesurer l’audience. En savoir plus .
J’ai compris
Art de vivre en France  Le cloître de l'abbaye de Cadouin
16/04/202000:00 Ô mon château

Aux confins du Périgord Pourpre et du Périgord Noir, isolée au fond de son vallon, l’abbaye de Cadouin dresse fièrement ses murs depuis 900 ans. Elle conserve encore son église abbatiale, ses parties communes et son cloître, rebâti à la fin du XVe siècle. Il est un véritable chef-d’œuvre de l’art gothique flamboyant. Où que vous posiez votre regard, c’est l’émerveillement ! Le cloître est un lieu exceptionnel, que le soleil rend encore plus magique. Partons à sa découverte.
 




CONTEXTE HISTORIQUE


# L’ABBAYE DE CADOUIN 

Fondée en 1115, l’abbaye de Cadouin devient cistercienne en 1119, dans la filiation de l’abbaye de Pontigny. Onzième abbaye rattachée à l’ordre de Cîteaux, elle en suivra désormais la règle. 

Les XIIe et XIIIe siècles ont été des périodes prospères pour l’abbaye. La dévotion au suaire qui aurait été rapporté de Terre Sainte au début du XIIe siècle par Raymond, comte de Toulouse, entraîne de nombreuses donations. Mais les guerres du XIVe siècles vont entraîner la décadence de l’abbaye, considérée en ruines en 1357. La guerre de Cent Ans va amener le transport du suaire de Cadouin à Toulouse qui y reste jusqu’en 1562. Ce transport du suaire a privé l’abbaye des dons des pèlerins. C’est à cette époque que le cloître est détruit. 

Au Moyen Âge, l’abbaye était soutenue par les rois de France. Grâce à la protection royale et la donation annuelle faite au monastère par le roi Louis XI en 1482, le cloître est reconstruit, dans un tout nouveau style pour l’époque. C’est l’unique exemple de la période gothique tardive en Périgord. 

L’activité monastique de Cadouin s’est interrompue en 1790 lors de la Révolution française. Tous les biens, en-dehors de l’église abbatiale devenue bien communal, sont vendus en 1791. Le cloître et les bâtiments conventuels sont rachetés par le département en 1839. 

 


LE CLOÎTRE
 

# ARCHITECTURE

À Cadouin, nous pouvons contempler deux architectures différentes : le roman dans lʼéglise abbatiale et le gothique dans le cloître reconstruit à la fin du XVe siècle.

  • Le cloître comporte 4 galeries et 26 travées voûtées dʼogives ;

  • les galeries du cloître entourent un espace rectangulaire et sʼouvrent sur un jardin intérieur ;

  • les galeries nord, est et sud sont de style gothique flamboyant ;

  • la galerie ouest, construite au début du XVIe siècle est de style Renaissance.


L’Abbaye de Cadouin est inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO et parmi les sites du Patrimoine mondial sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle.
 























 

Le Trône de Fer ou presque… Nous pouvons contempler cet impressionnant « trône ». Il s’agit du fauteuil abbatial. C’est ici que l’abbé s’asseyait lors des lectures collectives. Admirez les détails… Sculptures, fresques représentent des épisodes de la Passion du Christ.  

 





 

MA VISITE DU CLOÎTRE


Quel coup de cœur ! La visite du cloître de Cadouin fut une incroyable découverte et sans aucun doute, l’une de mes plus belles visites de ces dernières années. Le lieu, chargé d’histoire, est magnifique. Il y a tellement de choses à contempler…

Pour ma visite, j’ai été équipée d’un « visioguide » qui se présente sous la forme d’un iPod. Très pratique, il contient du contenu varié tels que de l’audio, des photos, des quiz ou encore des panoramas. Il est une réelle aide pour comprendre l’histoire du cloître, son architecture. La visite est découpée en plusieurs sections propres aux différentes parties du cloître. 

À la fin de la visite du cloître, n’oubliez pas de visiter le musée du suaire, situé dans la salle capitulaire du cloître, qui évoque huit siècles de pèlerinage et de ferveur religieuse. Ainsi que l’église abbatiale romane où se dégage toute la spiritualité cistercienne du XIIe siècle. 

 

Pour en savoir plus, cliquez Cloître de Cadouin

Élodie Filleul est une blogueuse française passionnée par les châteaux et l’histoire. Une passion qu’elle partage sur internet, dans son blog « Ô mon château » où elle relate au quotidien ses découvertes patrimoniales.

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être