En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies qui permet le bon fonctionnement du site, de faciliter et d’améliorer votre navigation, de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, de partager du contenu sur les réseaux sociaux et de mesurer l’audience. En savoir plus .
J’ai compris
Art de vivre en France  le château de Maintenon
03/02/202000:00 Ô mon château
Situé au cœur de la Vallée de l’Eure, le château de Maintenon ne vous laissera pas indifférent. Ce domaine, à l’architecture d’exception, fut la demeure de la célèbre Madame de Maintenon, épouse secrète du roi Louis XIV. Il est un témoignage de sa formidable ascension.

Venir à Maintenon c’est aussi découvrir de magnifiques jardins à la française reconstitués tels que Le Nôtre les avait pensés en 1676. Ainsi que l’aqueduc de Vauban, projet titanesque de Louis XIV dont l’objectif était d’alimenter les bassins du Château de Versailles par les eaux du Eure.

Partons à la découverte de ce lieu étonnant…

 
 
CONTEXTE HISTORIQUE
 
Localisation : Maintenon, Eure-et-Loir (28)
Époques : XIIIe - XVIe XVIIe - XIXe siècles
Personnages emblématiques : Madame de Maintenon, Louis XIV
 
Si la notoriété du château est intimement associée à François d’Aubigné plus connue sous le nom de Madame de Maintenon, sa création est beaucoup plus ancienne. Lorsqu’elle en fait l’acquisition, il a plus de quatre siècles d’existence.


# LES SEIGNEURS DE MAINTENON
La présence d’un château à Maintenon est attestée depuis le XIIIe siècle. Il appartient à la lignée des Amaury, les seigneurs de Maintenon. Il reste en leur possession jusqu’au XVIe siècle, époque où ils rencontrent des difficultés financières qui les conduisent à céder la place-forte.
La seigneurie est alors achetée par Cottereau, trésorier et intendant des Finances du roi Louis XII. Il embellit et agrandit considérablement le château qui passera ensuite à sa descendance.
 
 
# MADAME DE MAINTENON
En 1674, Françoise d’Aubigné, veuve Scarron, future Madame de Maintenon achète l’ensemble du domaine grâce au soutien financier du roi Louis XIV, en espérant s’y retirer pour ses vieux jours. Les principales extensions que connaît le château à partir de 1686 sont étroitement liées à la construction de l’aqueduc et aux séjours du roi au château. Passé 1688, elle ne séjournera plus au château.
 
 
# LES FAMILLES NOAILLES ET RAINDRE
En 1698, sans descendance directe, Madame de Maintenon léguera le domaine, en dot, à sa nièce Françoise Amable d’Aubigné lors de son mariage avec Adrien Maurice, duc d’Ayant puis duc de Noailles. Le château restera alors dans la famille des Noailles. C’est au XIXe siècle que la plupart des élévations de la cour d’honneur prennent leur apparence actuelle, à l’issue des très nombreuses reprises et des aménagements intérieurs commandités par le duc Paul de Noailles et sa femme Alicia de Rochechouart de Mortemart.

En 1983, M. et Mme Raindre, propriétaires actuels et descendants de la famille de Noailles, lèguent le domaine à la Fondation Maintenon pour sauvegarder ce majestueux patrimoine.

# LE DOMAINE AUJOURD’HUI
En 2005, la Fondation confie la gestion du château au Conseil départemental d’Eure-et-Loir qui assume en intégralité l’entretien, la gestion, l’exploitation et l’animation du site.

 
LE CHÂTEAU
 
# ARCHITECTURE
En huit siècles d’histoire, le château de Maintenon a connu de nombreuses transformations parfaitement identifiables aujourd’hui. Au fil des siècles, le caractère défensif du château-fort primitif s’est effacé définitivement au profit de la résidence aristocratique confortable et moderne.
 
À NOTER que les photos sont interdites à l’intérieur du monument…
 
 
# LES JARDINS
« Le Nôtre fera de mon jardin un lieu charmant. » Lettre de Madame de Maintenon à la comtesse de Saint Géran, 1684
 
Les jardins de Maintenon connaissent des formes diverses, évoluant au gré des changements des propriétaires et de leurs aménagements successifs.
 
C’est à André Le Nôtre, jardinier officiel du Roi-Soleil, que Maintenon doit la conception de son parc. Louis XIV le dépêche dès 1676 auprès de Madame de Maintenon pour en dessiner les plans. On retrouve donc à Maintenon toutes les caractéristiques emblématiques du jardinier : plan parfaitement géométrique, parterres de broderie végétale, vastes perspectives, présence ingénieuse de l’eau. Le Nôtre fait notamment tracer les deux allées qui longent le canal de l’Eure.
 
Après le passage de Le Nôtre, une seconde étape est marquée par l’aménagement des frères Bühler, appelés en 1848 par le duc de Noailles qui leur confie l’aménagement du parc.
Le parterre
 
Les jardins connaissent ensuite de nombreuses modifications avant d’être recomposés en 2013 par le Conseil départemental pour commémorer le 400ème anniversaire de la naissance de Le Nôtre.
 
 
# L’AQUEDUC
L’aqueduc est intimement lié au parc du château de Versailles. À la différence de Maintenon, Versailles manque d’eau pour alimenter les fontaines, les bassins et les 1400 cascades qui, selon la volonté du roi, ne doivent s’arrêter ni de jour ni de nuit. On a commencé par capter l’eau des sources alentour, puis par construire la célèbre machine de Marly. Bien vite, les débits s’avèrent insuffisants.
 
La Hire découvre que l’on peut faire parvenir les eaux de l’Eure par gravitation pour alimenter le parc et la ville de Versailles. Louis XIV veut « amener les eaux de l’Eure par le chemin des airs ». Il souhaite réaliser un ouvrage qui surpasse les réalisations des Romains. Le chantier de l’aqueduc débute en 1685 avec Vauban comme directeur des travaux et La Hire comme directeur des terrassements. Le projet est ambitieux… L’aqueduc devra conduire les eaux de l’Eure de Pontgouin jusqu’à Versailles sur 80 km. Le plan de l’aqueduc est dessiné par l’architecte Blondel qui s’inspira du pont du Gard.
 
Survient la guerre de la Ligue d’Ausbourg qui ralentit le chantier. En 1695, les caisses sont vides. Les travaux cessent définitivement. Il restait 29 km et quelques travaux annexes pour que les eaux de l’Eure arrivent aux cascades de Versailles. Louis XIV fit don de l’aqueduc inachevé à Madame de Maintenon. 

 

















 
MA VISITE DU CHÂTEAU
 
Cette visite de Maintenon fut tellement agréable ! Nous nous sommes rendus sur les lieux un samedi de printemps, en fin de journée. Il n’y avait presque plus de visiteurs à cette heure-là, c’était vraiment appréciable.
 
Pour la visite de Maintenon, je vous conseille de débuter par le château. Les salles, richement meublées, sont magnifiques et témoignent du faste de ses illustres propriétaires.
À ne pas manquer :
  • les petits appartements du XVIIe siècle : l’escalier d’honneur, la chambre de Madame de Maintenon et les appartements du maréchal de Noailles.
  • les petits appartements du XIXe siècle : les appartements privés des Noailles, les salons aux papiers peints chinois.
  • le salon du roi : qui était donc réservé au roi lors de ses séjours à Maintenon. La pièce fut réaménagée en 1856 en grand salon par le duc Paul de Noailles.
  • les grands appartements du XIXe siècle :  le grand salon dédié à la réception des invités, le billard, la bibliothèque.
  • la galerie : qui est inspirée des grandes galeries des châteaux de Versailles et d’Eu. Elle est entièrement dédiée à l’histoire des familles des Noailles-Mortemart.
  • le cénotaphe : correspond à l’ancienne tribune à Louis XIV assistait aux offices de l’église Saint-Nicolas. 

Puis poursuivez par la visite des jardins à la française, avant de vous rendre au pied de l’aqueduc.
 
Si vous êtes de passage à Maintenon en fin d’année, je vous invite vivement à réserver vos places pour le spectacle « Le Fabuleux Noël de Maintenon » (
www.noelmaintenon.fr), un événement emblématique mené par des volontaires bénévoles ! L’occasion de plonger au siècle de Louis XIV et de découvrir l’histoire d’amour la plus secrète de France…
 
Pour en savoir plus, cliquez le Château de Maintenon.

 

Élodie Filleul est une blogueuse française passionnée par les châteaux et l’histoire. Une passion qu’elle partage sur internet, dans son blog « Ô mon château » où elle relate au quotidien ses découvertes patrimoniales.

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être