En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l’utilisation de cookies qui permet le bon fonctionnement du site, de faciliter et d’améliorer votre navigation, de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, de partager du contenu sur les réseaux sociaux et de mesurer l’audience. En savoir plus .
J’ai compris
Art de vivre en France  Le château de Hautefort, un lieu emblématique en plein Périgord
17/12/201600:00 Ô mon château

Cet article a été écrit par Élodie Filleul, créatrice du blog Ô mon château 

En voyant ce majestueux château, il est difficile de se rendre compte que nous nous trouvons en plein Périgord. Il faut avouer que la région est connue pour son remarquable patrimoine médiéval tel que Sarlat, Beynac, Castelnaud, mais aussi pour ses nombreuses grottes préhistoriques !
 

Le château de Hautefort est un lieu emblématique de la région que je vous propose de découvrir, notamment à travers l’histoire de la famille de Hautefort. Elle fut très proche du pouvoir royal et a consacré sa fortune à la construction du château. Commençons la visite !
 

1-(c)-Elodie-Filleul.JPG

CONTEXTE HISTORIQUE

 

Localisation : Hautefort, Dordogne (24)
Époques : XVIe - XVIIIe siècles
Personnages emblématiques : Bertran de Born, Marie de Hautefort (grand amour de Louis XIII)


# UN EMPLACEMENT STRATÉGIQUE
Le château de Hautefort n’a pas été construit à cet emplacement par hasard. Nous sommes en haut d’un piton rocheux, point culminant : « haut et fort » ! Autrefois, s’étendait ici un camp romain qui a laissé la place à un château féodal. Il fut notamment la propriété de Bertran de Born à la fin du XIIe siècle : guerrier et troubadour de grand renom ! Cet endroit représentait un véritable emplacement stratégique. 


# LA TRANSFORMATION DU CHÂTEAU
Au XVe siècle, le château passe aux mains d’une nouvelle famille : les Gontaut, qui prendront le nom et les armes de Hautefort. Ils fondent ainsi la maison de Hautefort. Parmi les membres de cette famille, nous trouvons François de Hautefort, premier marquis. C’est avec lui que le château commence à se transformer. Il souhaite un édifice digne de son rang : ce dernier est gentilhomme ordinaire de la chambre du roi et chevalier de l’ordre de Saint-Michel.


L’architecte Nicolas Rambourg est choisi pour le remaniement du château et sera suivi par les architectes Maigret et Leroux. À partir du milieu du XVIIe siècle, le château abandonne progressivement son appareil défensif pour devenir un lieu de plaisance. 

 

# LE CHÂTEAU CLASSIQUE
Après François de Hautefort, vint le marquis Jacques-François de Hautefort (son petit-fils). C’est sans doute le propriétaire qui a le plus marqué le château de son empreinte. Il va apporter une grande renommée au nom de Hautefort. Et pour cause ! Il sera conseiller du roi, écuyer d’Anne d’Autriche puis de la reine Marie-Thérèse d’Autriche. De plus, il accumula une fortune considérable en développant des fonderies lui permettant de devenir un des principaux fournisseurs de l’armée de Louis XIV. Cette fortune fut ainsi mise à contribution pour embellir le château, lui donnant l’apparence qu’on lui connaît aujourd’hui ainsi que sa renommée.


Pendant la Révolution, la famille de Hautefort n'émigre pas. Elle demeure propriétaire des lieux jusqu'à la fin du XIXe siècle, où il est vendu à un riche industriel, Bertrand Artigues. C'est après son décès au début du XXe siècle que le château sans postérité, connaît une période de déclin. En 1925, des marchands de biens l'acquièrent, le dépouillent et le laissent à l'abandon.
 

# LA RENAISSANCE DU CHÂTEAU
Peu de temps après, le baron Henry de Bastard et de sa femme Simone, fascinés par les lieux, redonnent vie au château de Hautefort et à ses jardins. Ils mènent pendant des années d'importants travaux de restauration. Malheureusement, en 1968, un important incendie ravage le corps de logis du château. La baronne de Bastard décide de restaurer, à nouveau, son château. Des restaurations qui ont permis la sauvegarde d'un des monuments les plus prestigieux du sud-ouest ! 


 

LE CHÂTEAU


# L’EXTÉRIEUR / ARCHITECTURE 
 

2-(c)-Elodie-Filleul.JPG
Le pont-levis qui rappelle qu'Hautefort fut autrefois une place forte 

3-(c)-Elodie-Filleul.JPG

4-(c)-Elodie-Filleul.JPG

5-(c)-Elodie-Filleul.JPG
La cour d'honneur s'ouvrant sur la campagne et les jardins
 

# L’INTÉRIEUR
De nombreuses salles sont ouvertes à la visite et sont meublées de pièces des XVIIe et XVIIIe siècles. La visite se déroule sur deux étages. S'ajoute à cela la chapelle située un second corps de logis ainsi que les salles basses avec notamment les cachots et cuisines !


La visite débute avec la grande galerie qui occupe le rez-de-chaussée du corps de logis central. Selon les périodes, des salles abritant des expositions d'art contemporain sont ouvertes au public. On peut également y admirer de très beaux sphinges ainsi que des bustes de marbre.


Elle se poursuit avec la salle des cheminées que l'on peut également nommer la grande salle du château. C'est l'ancienne salle seigneuriale construite à l'emplacement du donjon médiéval. Il faut avouer qu'elle est assez impressionnante. Les deux cheminées monumentales situées aux extrémités de la salle accentuent cette impression. En noyer, les cheminées sont ornées des armoiries de Jacques-François de Hautefort et de figures représentant les quatre vertus cardinales.


Elle mène ensuite aux différents appartements.
 

7-(c)-Elodie-Filleul.JPG

8-(c)-Elodie-Filleul.JPG

9-(c)-Elodie-Filleul.JPG

11-(c)-Elodie-Filleul.JPG

12-(c)-Elodie-Filleul-(1).JPG

13-(c)-Elodie-Filleul.JPG

14-(c)-Elodie-Filleul.JPG

15-(c)-Elodie-Filleul.JPG

16-(c)-Elodie-Filleul.JPG

17-(c)-Elodie-Filleul.JPG

18-(c)-Elodie-Filleul.JPG

19-(c)-Elodie-Filleul.JPG

20-(c)-Elodie-Filleul.JPG
La chapelle : Ouvrez l'œil et faites attention aux détails du dallage qui reproduit les armes des Hautefort ("d'or et trois forces de sable"). Selon une "tradition discutée", l'autel aurait servi au moment du sacre de Charles X à Reims.

21-(c)-Elodie-Filleul.JPG

22-(c)-Elodie-Filleul.JPG

23-(c)-Elodie-Filleul.JPG


MA VISITE DU CHÂTEAU
 

Le château de Hautefort est un édifice très intéressant, notamment au niveau architectural. Le style classique y prédomine, mais nous pouvons y voir le témoignage des autres époques : des éléments de l'ancienne forteresse médiévale ou encore du château Renaissance. Comme mentionné précédemment, le château de Hautefort est un monument privé. Très impressionnant de voir une si bonne conservation et le très bon entretien du site. Des restaurations ont lieu régulièrement.
 

La visite est très complète. Un film de présentation du château est disponible en début de visite, au niveau de la galerie. De plus, un dépliant reprenant l'historique du monument est fourni à l'entrée. Pour compléter la visite, des panneaux explicatifs sont présents dans les salles. Enfin, il est possible de découvrir le château en visite guidée.
 

Petit conseil : À la fin de votre visite, prenez le temps de vous promener dans le jardin à la française & dans le parc à l'anglaise. Il y a une très belle vue sur la campagne environnante et sur le village de Hautefort.
 

Pour compléter votre visite, vous trouverez également non loin du château le musée de la médecine. 
 

LIENS & INFORMATIONS UTILES

 

Château de Hautefort
Le bourg d'Hautefort
24390 Hautefort


Renseignements : 05 53 50 51 23


Jours d’ouverture & horaires :
Fermeture annuelle du château du 12 novembre au 29 février.
• Mars : 14h - 18h, week-ends et jours fériés
• D'avril à mai : 10h-12h30 et 14h-18h30
• De juin à août : 9h30 - 19h

• Septembre : 10h - 18h
• Octobre : 14h - 18h
• Du 1er au 11 novembre : 14h - 18h, week-ends et jours fériés

 

Tarifs : à partir de 15 ans 9,50€ , de 7 à 14 ans 5€, gratuit pour les moins de 7 ans.
La billetterie ferme ses portes 30 minutes avant la fermeture du château.
 


Château de Hautefort (lien)

Office de Tourisme - Vézère Périgord Noir (lien)

Rendez-vous sur le blog d'Élodie Filleul, Ô mon château 
Élodie Filleul est une blogueuse française passionnée par les châteaux et l’histoire. Une passion qu’elle partage sur internet, dans son blog « Ô mon château » où elle relate au quotidien ses découvertes patrimoniales.

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être

 

Vous aimerez peut-être